Médecine & Soins Prévention & Conseils

Hernie inguinale : la plus courante des hernies

Touchant majoritairement les hommes (ration 5:1), la hernie inguinale est une affection qui décrit un défaut de la paroi abdominale. Observée à tout âge, environ 27% des hommes et 3% des femmes développeront une hernie inguinale au cours de leur vie. En raison de leur canal inguinal plus étroit, les femmes sont beaucoup moins susceptibles d’être affectées que les hommes. Avec 30 000 opérations en Suisse, dont 200 à l’hôpital de Viège, il s’agit de l’opération la plus fréquente en chirurgie viscérale. 

Nous avons rencontré le Dr Thomas Simon, médecin-chef du Service de chirurgie viscérale au Centre Hospitalier du Haut-valais qui nous en dit plus au sujet de cette affection.

Qu’est-ce qu’une hernie inguinale ?

La hernie inguinale est un défaut de la paroi abdominale par lequel une partie des organes abdominaux (généralement le petit ou le gros intestin) se déplace et sort de son emplacement habituel, à savoir la cavité abdominale. 

Dr Thomas Simon
Médecin-chef du Service de chirurgie viscérale au Centre Hospitalier du Haut-valais

Se manifestant entre autres, par un gonflement des tissus mous de l’aine, la hernie inguinale se distingue en deux types : 

  • La hernie inguinale directe : liée à une faiblesse musculaire et qui concerne principalement les personnes âgées. 
  • La hernie inguinale indirecte :
    • hernie congénitale observée chez les nouveau-nés. Il s’agit d’une anomalie de naissance due à la présence persistante du canal péritonéo-vaginal. Celui-ci devrait normalement disparaitre avant l’accouchement mais ce n’est pas toujours le cas.
    • Aussi, elle se développe à l’âge adulte en raison d’une faiblesse de la paroi abdominale le long du canal inguinal. C’est là que se trouve le cordon spermatique chez l’homme et le ligament rond de l’utérus chez la femme. 

Bien que touchant plus fréquemment les hommes aux âges extrêmes, ce trouble peut autant atteindre les femmes que les hommes de tous âges. 

La hernie n’est généralement pas grave et peut produire une sensation de pression ou une douleur occasionnelle à l’effort.Cependant, dans de rares cas, elle peut être « étranglée ». Alors que normalement la hernie est réductible en position couchée ou par une simple pression, le contraire se passe en cas d’étranglement. La circulation sanguine est alors coupée et l’intestin se retrouve piégé. Cette situation est extrêmement douloureuse et nécessite alors une intervention chirurgicale urgente.

Quels sont les facteurs de risques ?

Bien que cette affection ne peut être prévenue, il existe certains facteurs en favorisant l’apparition :

  • Le surpoids
  • La constipation  
  • Un travail qui nécessite le port d’objets lourds
  • Une toux chronique
  • La grossesse, due à une pression importante sur la paroi abdominale
  • Une naissance prématurée
  • La faiblesse du tissu conjonctif

Quels sont les symptômes ?

La hernie inguinale est souvent asymptomatique. Cependant, elle peut évoluer et les signaux suivants peuvent se manifester : 

  • Gonflement au niveau de l’aine
  • Gênes ou douleurs, perçues notamment lorsque l’on soulève ou pousse un objet, en toussant ou en se penchant
  • Inconfort au niveau de l’aine
  • Sensation de brûlure
  • Nausées et vomissements, en cas de hernie « étranglée »

Comment traiter une hernie inguinale ?

La chirurgie est le seul traitement médical permettant d’en venir définitivement à bout. 

L’une des méthodes pratiquées est la chirurgie par laparoscopie ou la chirurgie par trou de serrure (le chirurgien opère à ventre fermé). Le but de l’intervention est de remettre l’intestin dans l’abdomen, de réduire la masse herniaire et d’obstruer l’orifice qui en est la cause. Dans la majorité des cas, un filet est également mis en place afin de renforcer la paroi abdominale.

Cette technique, dite mini-invasive, ne nécessite pas d’ouvrir la paroi abdominale. Une caméra miniature reliée à un écran permet de visualiser et mener avec une grande précision les gestes de l’opération à l’intérieur de l’abdomen. Cette opération est beaucoup plus agréable pour le patient. La période de convalescence après l’opération est beaucoup plus courte que celle de la chirurgie traditionnelle à incision ouverte. 

Salle de formation interdisciplinaire pour les opérations mini-invasives
Grâce à la nouvelle salle de formation du Centre Hospitalier du Haut-Valais (SZO), cette opération peut être entrainée et simulée dans les locaux de l’hôpital de Viège. Cette salle, inaugurée en août 2020, permet aux médecins en formation de répéter les techniques et mouvements des opérations mini-invasivesdans le domaine de la gynécologie, de la chirurgie générale et de la chirurgie viscérale. Elle dispose de trois places permettant de s’entraîner avec différents exercices à pratiquer. 

Cette pratique peut être comparée à l’apprentissage du vol par un pilote d’avion. En effet, le pilote va tout d’abord s’entraîner sur un simulateur avant de prendre en main un vrai avion. Par la suite, il pourra voler un petit avion comme un Boeing, la technique de base sera la même. Cette salle offre le même avantage : la possibilité de s’entrainer à cette manière spécifique d’opérer (laparoscopie) et d’apprendre les techniques de base qui permettront aux médecins d’effectuer tout type de chirurgie mini-invasive.


Liens utiles :

À propos de l'auteur

Malika Storelli

Collaboratrice spécialisée en communication

À propos de l'auteur

Jessica Salamin

Collaboratrice communication - Spécialisée médias sociaux

Laisser un commentaire