Prévention & Conseils

Trous de mémoire : quand faut-il s’inquiéter ?

Mémoire - Troubles de la mémoire - amnésie -

Roland Vocat, neuropsychologue à l’Hôpital de Sierre, nous donne quelques réponses au sujet de la mémoire, cette fonction vitale au bon fonctionnement du cerveau.

J’ai souvent des trous de mémoire, est-ce grave ?

Dans une certaine mesure, tout le monde a parfois des oublis. La plupart du temps, ces trous de mémoire surviennent à la suite de moments d’inattention durant lesquels l’information n’a pas pu être bien mémorisée. Plus rarement, il peut s’agir de véritables troubles de la mémoire. Tout est une question de fréquence et de gravité. Oublier une fois par semaine où l’on a mis ses clés de voiture ou ses lunettes est plutôt anodin. Par contre, oublier deux ou trois fois dans la même journée où et à quelle heure nous avons rendez-vous le lendemain est plus préoccupant et devrait amener à consulter son médecin traitant.

Peut-on entraîner sa mémoire ?

La mémoire n’est malheureusement pas un muscle que l’on pourrait développer pour en augmenter la capacité. Il existe cependant des moyens mnémotechniques pour faciliter la mémorisation de certaines informations. Par exemple, on peut apprendre le nom d’une personne en l’associant avec une de ses caractéristiques physiques (réelle ou imaginée) ou alors se souvenir d’une liste d’activités à faire en se créant une image mentale du trajet à parcourir. Par ailleurs, il est important de favoriser un environnement calme et dénué de distraction lors de tout apprentissage, en évitant de faire plusieurs choses en même temps. Enfin, un autre moyen de soutenir sa mémoire est d’utiliser des moyens compensatoires, comme par exemple prendre des notes dans un calendrier ou un agenda.

Quels sont les ennemis de la mémoire ?

Certains aspects de la vie quotidienne peuvent avoir un effet néfaste sur notre capacité à mémoriser :

  • carence en sommeil
  • mauvaise alimentation
  • consommation excessive et prolongée d’alcool
  • niveau de stress important (en lien avec des événements émotionnels ou une forte charge de travail)
  • troubles psychologiques (ex. dépression, anxiété)
  • prise de certains médicaments psychotropes ou somnifères.

Il existe également des affections cérébrales qui peuvent avoir pour conséquence des troubles de la mémoire (ex. accident vasculaire cérébrale, traumatisme crânio-cérébral, maladie neuro-dégénérative, …). En cas de doute, il est important d’en parler à son médecin traitant.

Comment se déroule une consultation Mémoire ?

À la suite d’une consultation chez son médecin traitant, un patient peut être invité à effectuer des tests plus spécifiques dans une consultation Mémoire. Ce type de consultation dure environ 1h30 et se compose de nombreux tests qui investiguent divers domaines cognitifs : la mémoire, l’attention, l’organisation, le raisonnement, le langage ainsi que les aptitudes constructives et perceptives.

Les tests sont choisis en fonction de l’âge du patient. Ses performances sont comparées à celles de personnes du même âge et du même niveau de formation. Ce comparatif permet de déterminer si la personne présente objectivement des difficultés cognitives. Un entretien avec un proche du patient est fréquemment organisé, avec l’accord de ce dernier, afin de recueillir des informations plus précises sur l’évolution des difficultés. Cet entretien est également l’occasion de dispenser d’éventuels conseils au quotidien.

Pour en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à consulter la brochure « J’ai la mémoire qui flanche« , qui s’adresse autant aux personnes qui ont des difficultés de mémoire qu’à leurs proches.

Ce sujet vous intéresse ? Lisez également « Alzheimer : lorsque la mémoire flanche, tout le monde en pâtit« 

À propos de l'auteur

Jessica Salamin

Collaboratrice communication - Spécialisée médias sociaux

Laisser un commentaire