Prévention & Conseils

Mon enfant est en surpoids, que puis-je faire ?

Contrepoids - Surpoids enfant

Le nombre d’enfants obèses et en surpoids augmente rapidement dans le monde. En effet, ce nombre a plus que doublé entre 1980 et 2017 et constitue maintenant une «épidémie non-infectieuse» d’une importance considérable pour l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette épidémie est l’un des plus grands défis pour la santé et la prévention est devenue une priorité. En Suisse, 19% des enfants sont en surpoids (OFS – 2017). Cette hausse est inquiétante. Les principaux facteurs en cause sont le manque d’activité physique et l’alimentation malsaine.

Quels sont les risques d’être en surpoids/obèse ?

L’enfant en surpoids et en obésité court de nombreux risques médicaux, tels que :

  • Diabète de type 2
  • Maladies cardiovasculaires
  • Hypertension artérielle
  • Cancers
  • Problèmes articulaires
  • Risques psychologiques : en effet ces problèmes psychologiques trouvent souvent leur origine dans les moqueries, surnoms, ou rejets des camarades de classe. Les enfants ou adolescents obèses sont fréquemment stigmatisés.

Que peut-on faire en tant que parents ?

La prévention de l’obésité passe par certaines mesures simples :

  • Ne pas grignoter entre les repas: il faut apprendre à son enfant à ne pas grignoter en dehors des heures de repas. En effet, l’alternance entre repas et période de satiété est très importante pour qu’il apprenne à réguler son apport nutritionnel.
  • Manger doucement et bien mâcher: il est important que votre enfant puisse prendre conscience de ce qu’il mange. C’est pourquoi, il est déconseillé de le laisser manger devant un écran par exemple. De plus, la sensation de satiété n’apparaît qu’après 20 minutes. Manger lentement est donc essentiel.
  • Faire de l’activité physique et du sport: il faut l’encourager à bouger et limiter les moments passés devant les écrans à un maximum de 2h par jour. En effet, le surpoids est étroitement lié à l’inactivité et à la durée passée devant les écrans.
  • Limiter la consommation de sucre : l’Organisation mondiale de la santé recommande de réduire l’apport en sucres à moins de 10% de l’apport quotidien en calories. Éviter donc les produits industriels (confiseries, boissons fruitées et boissons gazeuses) regorgeant de sucre. Privilégiez les sucres naturellement présents dans les fruits, les légumes frais et le lait.
  • Il est cependant important de ne pas restreindre, de ne pas mettre son enfant au régime ou de désigner des aliments tabous. Le but étant d’aider son enfant à retrouver une sensation de faim et de satiété.
  • Limiter les heures d’exposition devant les écrans : encourager les activités en plein air et veiller à une bonne qualité de sommeil (éviter les écrans dans les chambres par exemple).

Le programme Contrepoids de l’Hôpital du Valais 

Ce programme a pour but de motiver et de soutenir les enfants et adolescents en excès de poids et leurs parents, dans la recherche d’une alimentation équilibrée et d’une diminution de la sédentarité dans la vie de tous les jours. C’est grâce à une consultation dédiée, à des prestations ambulatoires diététique, une activité sportive adaptée et une prise en charge multidisciplinaire qu’il est possible de venir en aide aux enfants en surpoids. 

L’activité Contrepoids a été mise en place dans le service de pédiatrie de l’hôpital de Sion, il y a une dizaine d’années, grâce au Prof. René Tabin et à la Dre Nathalie Farpour-Lambert. Les Docteurs Dominique Durrer et Michel Russo assurent une consultation dédiée, dans le Service de pédiatrie de l’hôpital de Sion. L’approche est multidisciplinaire et fonctionne grâce à un travail d’équipe comprenant :

  • des diététiciennes
  • des psychologues
  • la CRR Suva
  • la Fondation Théodora, dont les clowns jouent un rôle didactique important dans l’éducation thérapeutique dispensée aux familles
  • la Fondation Jean Troillet, qui organise des courts séjours en montagne pour les enfants et adolescents concernés

Plus d’informations : Le programme Contrepoids à l’Hôpital du Valais

Cet article vous intéresse ? Lisez également Sel : les enfants aussi en consomment trop

À propos de l'auteur

Jessica Salamin

Collaboratrice communication - Spécialisée médias sociaux

Laisser un commentaire