Prévention & Conseils

Je fume du CBD, quels sont les risques pour ma santé ?

CBD danger

Nicolas Donzé, biologiste chef adjoint à l’Institut Central des Hôpitaux, répond à quelques questions sur le CBD, ce cannabis légal qui a envahi nombreux kiosques, centres commerciaux et sites de vente en ligne depuis plus d’une année.

Le CBD, c’est quoi ?

La plante de cannabis contient plus de 100 différentes substances appelées “phytocannabinoïdes”. Parmi ces substances, on retrouve le Cannabidiol (CBD) mais également le Tétrahydrocannabinol (THC) et une centaine d’autres.

Nicolas Donzé, biologiste

Dans le cannabis « légal » commercialisé en Suisse, le THC est présent à moins de 1% rendant sa consommation légale. Le cannabis légal, à haute teneur en CBD, n’a pas les mêmes effets psychotropes et hallucinogènes vu sa faible teneur en THC, c’est pourquoi il est courant de penser qu’il n’est pas dangereux.

Fumer du CBD, c’est mauvais ?

Lorsqu’on le fume, ce n’est jamais bon. Le CBD est juste un nouveau produit issu de l’industrie du tabac et sa commercialisation est regrettable. Pour rappel, la cigarette est un facteur de risque majeur des maladies oncologiques, cardio-vasculaires, respiratoires etc.

La consommation de CBD est-elle compatible avec la conduite ?

En principe oui, si on le consomme sous forme d’huile. Ce qui devrait être normalement le cas lorsque sa consommation est justifiée, c’est à dire pour le traitement d’une maladie. Pour ce qui est du joint ”légal”, à haute teneur en CBD, des études montrent que si l’on fume 4 joints de CBD en moins d’une heure, on pourrait être sous l’influence du THC (même à moins de 1%) et on ne pourrait légalement plus conduire. Il y a un autre élément c’est que le CBD est anxiolytique, et est un peu calmant. Donc il est sage, de consommer du CBD un certain nombre d’heures avant la conduite. Lors d’un usage thérapeutique, il est idéal de consommer le CBD le soir et surtout d’en discuter avec son médecin. 

Est-ce que le CBD a des vertus ? 

Cette molécule a certainement un grand potentiel qui nécessite davantage d’investigation pour préciser ses bienfaits.

Plusieurs études semblent montrer que le CBD pourrait être utilisé comme médicament et aurait de nombreuses vertus. L’effet le plus explicite du CBD est une sensation de bien-être et il présente les qualités suivantes :

  • Anxiolytique (calmant lors de stress et d’angoisse)
  • Neuroleptique
  • Antiépileptique
  • Anti-inflammatoire
  • Soulagement de la nausée
  • Apaisement des migraines
  • Aide contre l’insomnie

Bien que ces effets soient positifs, le CBD devrait être consommé uniquement dans une dimension médicale. Il est important de noter que la différence entre une drogue et un médicament est l’usage que l’on en fait. Si on est malade, on pend un médicament pour se soigner. Si on prend un médicament alors que l’on n’est pas malade, on prend une drogue. Le CBD est donc un médicament qui doit être utilisé comme tel et non comme une drogue. Il a sa place dans les pharmacies.

Quels sont ses effets sur la santé ?

Quand nous consommons une molécule chimique qui vient d’une plante, il est intéressant de savoir comment elle agit sur le corps humain.

On a découvert qu’il existe des cannabinoïdes de notre corps. Ce système endocannabinoïde présente diverses fonctions. Il régule entre autres :

  • La mémoire
  • La construction du cerveau pendant l’adolescence
  • L’envie, la motivation
  • L’appétit
  • Les fonctions cardiaques
  • La douleur
  • Le système immunitaire
  • La fécondation etc.

Ce système est fondamental à la vie et fumer des cannabinoïdes, du CBD ou du THC affecte négativement notre corps en perturbant de nombreux systèmes. Fumer des cannabinoïdes agit comme du “bruit” pour notre cerveau et nous rend sourd à nous-mêmes.

Soyons donc écologique avec nous-même : Pourquoi polluer nos poumons avec du tabac et/ou du cannabis ?

Vous souhaitez avoir plus d’informations sur le sujet ? Consultez l’article complet de Nicolas Donzé paru dans le journal Labmed.

Mise à jour de Nicolas Donzé sur les cannabinoïdes (2021) : “Ne laissons pas les fumées du THC, masquées les vertus thérapeutiques des autres cannabinoïdes.”

Plus d’informations sur la toxicologie à l’Hôpital du Valais : Toxicologie – Hôpital du Valais (hopitalduvalais.ch)

À propos de l'auteur

Jessica Salamin

Collaboratrice communication - Spécialisée médias sociaux

5 Comments

  • Pour ceux qui consomment quotidiennement ou souvent du THC, le CBD peut-il être une bonne solution de substitution ?
    Le THC a souvent un effet de dissonance psycho sociale sociale par des comportements paranoïaques, de renfermements sur soi mais aussi dans les pays ou la répression sur la consommation est forte, cela pousse de facto tous consommateurs à la délinquance ou du moins à la fréquenter et au pire à le devenir totalement.

    Avec le CBD et sa légalité, tout ces effets négatifs disparaissent, ce qui peut être un bon départ, certes non suffisant, pour ces consommateurs à les aider à retrouver un équilibre dans leurs rapports au social.

    • A la question : ‘’Pour ceux qui consomment quotidiennement ou souvent du THC, le CBD peut-il être une bonne solution de substitution ?’’
      Avec prudence, la réponse serait plutôt “oui”. En effet, certaines études (Cannabis and Cannabinoid Research Volume 2.1, 2017, An Update on Safety and Side Effects of Cannabidiol:
      A Review of Clinical Data and Relevant Animal Studies) montrent que le cannabidiol (CBD), contrairement au THC, n’intoxique pas et présente certaines vertus pharmacologiques intéressantes. En effet, le CBD est anxiolytique, anti-inflammatoire, antiémétique et antipsychotique. De plus, il aurait également des qualités neuroprotectrices. A haute dose (à définir) il pourrait être utilisé pour le traitement de certaines maladies psychiatriques. A faible dose (à définir) le CBD pourrait être un antioxydant.

      Alors pour le traitement de l’addiction au THC, pourquoi pas. Cela pourrait aider le consommateur à se libérer du besoin de THC. D’ailleurs, certaines études sur l’animal montrent que le CBD peut aider au sevrage de l’héroïne ou du tabac.

      En conclusion, on peut imaginer que le CBD peut être une béquille pendant quelques temps pour se libérer de la consommation de THC, qui reste malgré tout une drogue plus addictive qu’il n’y paraît.

      Idéalement la consommation de CBD devrait se faire par voie orale, pour se libérer également de la toxicité de la fumée… Donc la réponse est oui probablement, mais pas en automédication. Il faut en parler à son médecin.

  • Bonjour,

    Le CBD ou THC est-il particulièrement contre indiqué si on a eu un épisode de fibrillation atriale et qu’on est sous bisprolol 1.25mg

    merci

    • Bonjour,
      Vu la présence de récepteurs cannabinoïdes sur le tissu cardiaque, la consommation de THC est à proscrire totalement. En effet, le THC favorise des perturbations de la fonction cardio-vasculaire et pourrait même favoriser une perturbation de la fonction cardiaque, voire conduire à un infarctus. Pour le CBD, le principe de précaution suggère qu’il ne faut pas en utiliser. Mais des études semblent commencer à montrer que le CBD, sous forme orale, pourrait (il faut encore l’étudier) protéger le cœur dans certaines circonstances. Donc pour répondre à votre question : OUI, le CBD et le THC sont particulièrement contre indiqués si on a eu un épisode de fibrillation atriale et qu’on est sous bisprolol 1.25mg. Clin. Cardiol. 35, 6, 329–335 (2012)>
      Meilleures salutations,
      Hôpital du Valais

      Propos recueilli auprès du toxicologue Nicolas Donzé

Laisser un commentaire